Etonnement personne ne s’est encore rendu compte que je suis un gros imposteur ! Ai-je le syndrome d’imposteur ?

Au fond si je suis là ou j’en suis aujourd’hui c’est que j’ai eu beaucoup de chance !
Finalement je ne suis pas bien différent des autres, ni même meilleur même, les autres me surestiment.
Depuis longtemps je passe au travers des mailles du fillet, et un jour je vais me faire pincer et les gens vont bien découvrir que je n’ai aucun talent et les compétences n’en parlons pas !

Se poser ces questions est souvent révélateur du syndrome d’imposteur.
Pour savoir si vous êtes ou non victime de ce syndrome, je vous propose gratuitement le test de l’Échelle de Clance du Phénomène de l’Imposteur

Si vous n’êtes pas sur d’être atteint par le syndrome de l’imposteur faite le test de l’échelle de Clance conçu par Pauline Rose Clance et Suzanne A. Imes

C’est quoi le syndrome d’imposteur ?

Ce syndrome est une croyance qui vous laisse penser que ce que vous faites, vos succès, les louanges des autres n’est pas dû à vos capacités ni à vos dons.
Un jour vous vous dites que vous allez être découvert, vous en avez peur et cela vous fait souffrir chaque jour.

Et vous n’êtes pas seul dans ce cas, si cela peut vous rassurer.
Par exemple selon wikipedia, 2 célébrités sur 5 en son victime
Et 70% des gens en sont victimes à moment ou un autre de leur vie.
Du côté des managers seulement 38% disent ne jamais en avoir été victime.

Bonne nouvelle pour sortir de cette peur et éviter l’auto sabotage, cela se travail.
Fini de tourner en rond avant de se lancer, fini cette peur de ne jamais être prêt et reporter à plus tard alors que tout le monde crois en vous.
D’ailleurs vous pouvez recevoir des centaines de compliments, mais il suffit qu’une seule personne dise que vous ne les méritez pas, et c’est elle que vous choisissez de croire. Et cette personne c’est peut être vous.

Le syndrome d’imposteur touche tout le monde

Ce syndrome touche les hommes comme les femmes.
Sous pression, les hommes ayant ce sentiment d’imposture sont davantage affectés dans leurs performances que les femmes.
Ce syndrome concerne tout le monde et il serait peut-être temps d’y mettre fin.

Quelques pistes pour en sortir :

Ne vous sous estimez pas

Vous pensez être là par chance, et que votre mensonge sera bientôt découvert.
Ceci est également une croyance. Vous êtes arrivée là par ce que vous êtes prêt pour cela, par ce que vous avez travaillé pour en arriver là.
Ce n’est pas de la chance, c’est votre travail qui paye, vous le méritez.
Que diriez vous de remplir un bocal avec des post-it que vous y déposez dès que vous êtes fier de quelque chose que vous avez réalisé ?
Prêtez vous à l’exercice chaque jour si possible, vous verrez bien.

Faites une liste de vos réalisations.

Comme nous sommes les artisans de nos propres chaines, ne soyez pas trop dur avec vous.
Concentrez vous sur ce que vous avez fait, pas sur ce qui vous manque.
Quelles sont vos forces ?
Ne vous laissez pas dépasser par le syndrome de l’imposteur qui vous laisse penser en ce moment même que vous n’avez rien accompli d’interessant dans votre vie. Ceci est une croyance que vous nourrissez chaque jour.
Nous aimons nous flageller lorsque nous ratons quelque chose. Par contre lorsque nous réussissons quelque chose cela nous parait normal, banal et nous l’oublions.
Qu’est ce qui nous empêche de nous féliciter, de le faire savoir ? Rien de prétentieux ici pourtant.
Quels sont les défis que vous avez surmonté ?
Et ce n’est pas une question d’âge, ni de genre ou de rang social. Vous avez forcément réalisé des choses. Regardez ce que vous avez mis sous le tapis.
Qu’avez vous accompli ?
Et non, ne vous comparez pas aux autres. Là on parle de vous.

Arrêtez de vous comparer aux autres

C’est encore plus simple aujourd’hui surtout avec les réseaux sociaux.
Tout le monde affiche le meilleur de lui même.
Et comme vue dans cet article, tout le monde ne sait pas tout. Alors dites vous que ceux qui affichent de beaux scores sur les réseaux ont eux aussi des lacunes. Il a bien fallu qu’ils commencent quelque part et ils sont peut être eux aussi victime du syndrome d’imposteur.
Pensez à vous, à votre progression.

Ranger votre casquette d’expert

Le syndrome de l’imposteur vous fait croire que vous devez être expert dans tous les domaines.
Et quand ce n’est pas le cas vous renforcez votre croyance.
Vous n’avez pas besoin de savoir répondre à toutes les questions.
Tout les jours nous apprenons de nos expériences. Nous comblons nos lacunes. Nous ne pouvons pas tout savoir.
Etre légitime ce n’est pas uniquement reconnaître ses erreurs, c’est surtout travailler pour les résoudre.
Concentrez vous sur votre quotidien et non sur l’image que doit rendre cette casquette d’expert.
Vous prendrez alors le temps de vous améliorer.

Améliorez vos compétences

Peu importe ce que l’on découvre, nous devons comprendre et vraiment croire que nous avons fait le meilleur travail que nous avons pu selon ce que nous connaissions à ce moment, nos aptitudes et capacités, nos ressources et le contexte du moment.
Nous nous améliorons chaque jour et rien n’est plus constructif.
Demandez vous quelles compétences vous devez développer, notez les. Pour chacune estimez quel est votre niveau actuel (entre 0 et 10 par exemple). Demandez vous maintenant comment vous pourriez passer de votre estimation actuelle à 10 ?
Personne ne sait tout, personne ne sait ce qu’il y aura à apprendre demain.
Nous n’avons pas besoin d’être compétent en tout.
Nous avons tous un domaine où nous nous sentons légitime, développons le. Bonne nouvelle, le sentiment d’imposture est local, pas global.

Le syndrome d’imposteur n’est pas une fatalité.

Nous vivons dans une société qui prône la modestie, mais trop de modestie fini par nous déprimer.
C’est comme tout, il s’agit de trouver le juste équilibre, de réapprendre à être fier de ce que nous faisons, et de le dire.
L’avantage c’est que ce syndrome nous protège de devenir prétentieux.

Le secret serait-il d’assumer son complexe pour mieux le surmonter ?